Circoncision Masculine Et Prévention Du VIH Print E-mail
>>Disponible aussi en anglais , espagnol, et portugais

La recherche récente laisse entendre que la circoncision masculine pourrait présenter un mode rentable de réduction des taux d'infection à VIH, en particulier dans les épidémies généralisées où plus d'un pour cent de la population vit avec le VIH/sida.

En décembre 2006, les National Institutes of Health (NIH) ont publié les observations de deux études de mesure des effets de la circoncision masculine sur la réduction du risque de transmission du VIH chez les hommes ayant des rapports hétérosexuels. Selon ces études, effectuées sur près de 8 mille hommes âgés de 18 à 24 ans à Kisumu, au Kenya, et à Rakai en Ouganda, la circoncision masculine réduirait le risque, pour les hommes, de contracter le VIH lors de rapports sexuels vaginaux dans une mesure pouvant aller jusqu'à 53 pour cent. Ces résultats corroborent les conclusions d'une étude antérieure menée en Afrique du Sud, où les réductions rapportées atteignaient jusqu'à 60 pour cent. 

Les résultats préliminaires d'une étude concomitante, à Rakai, sur des hommes récemment circoncis révèlent un risque d'infection potentiellement accru de leurs partenaires féminines séronégatives en cas de rapports antérieurs à la cicatrisation complète de la plaie chirurgicale.

Ces observations et ces écarts de la recherche soulignent la nécessité de procéder avec soin lors de la considération de la circoncision masculine en tant que protection contre l'infection à VIH.

50 à 60 % DE RÉDUCTION DU RISQUE, CE N'EST PAS 100 %.

Les messages de santé publique doivent insister sur le fait que la circoncision masculine n'assure pas une protection totale contre le VIH et continuer à promouvoir les comportements sexuels sans risques et l'usage efficace de tous les instruments de prévention (voir plus bas). Les hommes circoncis, de même que leurs partenaires, doivent être clairement informés des risques associés aux rapports sexuels avant la cicatrisation complète de la plaie chirurgicale.
 
L'INVESTISSEMENT DANS UNE PRÉVENTION COMPLÈTE DOIT CONTINUER.

La prévention de la transmission du VIH doit rester l'objectif principal, à travers

  • le conseil et le dépistage du VIH,  
  • le préservatif masculin et féminin,
  • l'éducation complète à la sexualité,
  • les programmes et politiques de promotion de l'égalité entre les sexes et de la sexualité sans risques,
  • l'emploi d'aiguilles propres et la réduction des dommages,
  • la prophylaxie post-exposition,
  • les méthodes de barrière cervicale, microbicides et vaccins, à mesure de leur disponibilité.
LA CIRCONCISION MASCULINE DOIT ÊTRE VOLONTAIRE.

Les services doivent être confidentiels et reposer sur un choix libre et informé, au coût le plus faible possible. Il importe aussi de se montrer sensible au contexte culturel et religieux relatif à la circoncision masculine.

L'ASSURANCE DE CONDITIONS SÛRES ET SALUBRES EST ESSENTIELLE.

Les prestataires qui pratiquent la procédure doivent être formés, posséder et utiliser un équipement stérile, suivre les procédures du consentement éclairé et assurer aux patients des soins de suivi et une information complète, y compris en ce qui concerne les soins post-opératoires et l'usage du préservatif.

LES BESOINS DE RESSOURCES CONCURRENTS DOIVENT ÊTRE SOIGNEUSEMENT PONDÉRÉS.

Il ne faudrait pas détourner les personnels qualifiés et les ressources limitées d'autres priorités tout aussi urgentes : les services de santé sexuelle et reproductive, notamment, qui demeurent à ce jour sous-financés et inaccessibles à de nombreuses femmes et filles.

LES PROGRAMMES DE CIRCONCISION OFFRENT UNE OCCASION IMPORTANTE DE SENSIBILISATION DES HOMMES AUX QUESTIONS DE LA SANTÉ ET DES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS.

Les services de circoncision masculine et les programmes qui y sont associés devraient, par exemple, décourager les mariages de filles jeunes à des hommes plus âgés, promouvoir la tolérance zéro à l'égard de la contrainte sexuelle et des violences faites aux filles et aux femmes et encourager le respect et le soutien, par les hommes, des droits et des besoins de santé de leurs partenaires. Un soutien et un encadrement adéquats doivent être mis en place pour encourager les hommes et leurs partenaires à s'abstenir de tous rapports sexuels pendant au moins un mois après l'opération.

UNE RECHERCHE APPROFONDIE DOIT ÊTRE ASSURÉE POUR ÉVALUER L'IMPACT DE LA CIRCONCISION MASCULINE SUR LES PARTENAIRES SEXUELS (FEMMES ET HOMMES).

Les études n'ont pas évalué pleinement l'impact de la circoncision masculine sur les partenaires sexuels (femmes et hommes) des hommes suivis, pas plus que sur les hommes circoncis ayant des rapports avec des hommes ou des rapports non vaginaux. Une étude de l'impact à plus long terme de la circoncision masculine est en cours en Ouganda. Les résultats en sont attendus en 2008.

POUR EN SAVOIR PLUS :

Tag it:
Digg
Delicious
Spurl
NewsVine
Reddit
YahooMyWeb
Furl it!
De.lirio.us
Ma.gnolia
TailRank
Blinkbits
BlinkList
blogmarks
co.mments
connotea
Fark
feedmelinks

International Women's Health Coalition
333 Seventh Avenue, 6th Floor | New York, NY 10001 USA
212.979.8500 | info@iwhc.org